La CARICOM offre ses bons offices en vue d’un dialogue inter-haïtien pour résoudre la crise haïtienne

CARICOM
CARICOM

Georgetown, Guyana, mercredi 23 2021- La CARICOM estime qu’Haïti se trouve politiquement, socialement et économiquement dans une situation précaire et sur le point de sombrer dans le bouleversement, la violence et l’anarchie.

C’est en ce sens que l’organisation régionale exprime une nouvelle fois sa profonde préoccupation publiquement au gouvernement, au peuple d’Haïti, ainsi qu’au Core Group et aux autres membres de la communauté internationale, face à la situation extrêmement précaire d’Haïti.

Tenant compte du danger et du risque que le pays sombre dans de profonds bouleversements, voire dans l’anarchie, la CARICOM offre ses bons offices au gouvernement, à l’opposition et à la société civile d’Haïti afin d’accueillir des discussions consacrées à la recherche d’une solution convenable a la crise actuelle dans les plus brefs délais.

Dans le cadre de la recherche d’une solution à la crise, la CARICOM entend mobiliser l’ensemble de son système et ses agences pour venir en aide à Haïti.

Au nombre de ces agences, la CARICOM veut mobiliser notamment l’agence de mise en œuvre de la criminalité et de la sécurité (IMPACS), le système régional de sécurité(RSS), l’Association des commissaires de police des Caraïbes, National Electoral Commissions, l’Agence caribéenne de santé publique (CARPHA) et Caribbean Disaster, l’Agence de gestion des urgences (CDEMA), pour un engagement immédiat et un soutien pour leurs homologues haïtiens, à la suite d’une solution à la situation de crise actuelle, selon un document de l’organisation régionale.

La CARICOM exprime également sa volonté de contribuer au maximum, à travers ses organes, institutions et institutions partenaires à une initiative de développement d’Haïti à moyen et long terme.

‘’En cas de réponse positive à une telle déclaration publique, le Bureau de la CARICOM devrait être disposé à effectuer une visite en Haïti pour mettre en œuvre le processus de médiation de bons offices,’’ écrit l’organisation.

Dans le même sens, le Bureau devrait également être disposé à rencontrer les membres du Core Group, en vue de s’assurer, dans la mesure du possible, que l’initiative de la CARICOM soit soutenue.

Si l’offre de médiation est acceptée, la CARICOM estime que les chefs de gouvernement de la CARICOM devraient s’engager franchement avec Jovenel Moïse dans le cadre confidentiel d’une réunion des chefs de gouvernement pour favoriser une issue à la crise…

La CARICOM note qu’ayant survécu aux perturbations politiques de 2019 et a profité de la fin de législature du Parlement pour se doter des pouvoirs pratiquement illimités, le président Moïse s’est engagé à mettre en œuvre son programme avec le soutien tacite du Core Group.

Cependant, souligne la CARICOM, bien que plusieurs des aspects de l’ordre du jour soient largement considérés comme extraconstitutionnels, en particulier la Réforme constitutionnelle et la tenue d’un Référendum, le projet avance.’’

La CARICOM souligne que la communauté internationale semble tenir comme un article de foi que les élections résoudront les problèmes politiques haïtiens existants.

Cependant, dit la CARICOM, l’histoire récente d’Haïti a démontré que des élections contestées avec une faible participation engendreront une nouvelle instabilité politique. C’est aussi assez évident que beaucoup reste à faire en Haïti pour établir les conditions de la tenue d’élections libres, équitables, inclusives et crédibles dans un environnement sûr,’’ soutient l’organisation régionale.

Plusieurs organisations haïtiennes dont HADIC et le RNDDH avaient déconseillé les acteur politiques haïtiens de s’entretenir avec des émissaires de l’OEA dépêchés en Haïti le 8 juin dernier, en raison de leur manque de crédibilité et de leur parti pris en faveur du régime PHTK.

Ces organisations avaient encouragé les protagonistes de la crise à faire appel aux bons offices de la CARICOM pour aider à la recherche d’une solution à la crise.

Report

What do you think?

223 Points
Babekyou

”Pas de divorce entre le pouvoir en place et ses alliés du G-9 : Les récents actes de cette structure criminelle correspondent à la politique du régime,” selon Pierre Espérance

Jounaliste

L’un des meilleurs photojournalistes haïtiens prend l’exil pour échapper à la fureur des gangs